Déplacer des montagnes

Avant de partir pour le weekend, on a pris un « cours » de danse Bollywood. Cinq ans plus tard, j’étais trop contente de danser à nouveau. Quelques déceptions :

– les musiques étaient trop modernes
– la prof dansait, à nous de suivre. Apprendre une chorégraphie quand le mouvement n’est pas décomposé, c’est très compliqué. C’était donc un carnage.
A la fin, il y a eu un cours de kathak pour les enfants (la danse classique du nord de l’Inde). Et bah, étrangement, j’ai préféré ce moment auquel on a pu participer. J’y ai retrouvé la gestuelle classique apprise par Youssef, et je me sentais plus à l’aise.
N’empêche, j’ai pris un cours de danse indienne, en Inde!!

image

Ce weekend, une des bénévoles voulait aller à Dharamsala. Si vous avez bien suivi, c’est cet endroit tellement parfait dans l’Himalaya. Ni une ni deux, j’ai sauté sur l’occasion pour y retourner!
Et une fois de plus, je n’ai pas été déçue. Cet endroit à cette capacité de me révéler à moi-même, d’apprendre et de mieux me connaitre.
Après 12 heures de bus, la première journée a été repos et farniente. L’arrivée, dans la fraîcheur et le calme nous a déjà mises dans de très bonnes dispositions pour la suite. Revenir dans un endroit connu, croiser des visages familiers…c’est chouette de se sentir un peu chez soi à 6000 km de la maison. Nous sommes allées au cinéma de McLeod: une petite pièce en sous-sol, un écran, un vidéoprojecteur, un ordinateur et tous les jours la même programmation. Nous avons eu une séance privée de « Sept ans au Tibet« . C’était long…Mais, c’est un film intéressant qui permet de mieux comprendre ce qui s’est passé lors de l’invasion chinoise au Tibet.
Lors du dîner, nous avons rencontré un américain. Et c’est là où j’adore McLeod, c’est que j’ai pu le recroiser à trois reprises le jour suivant, parce que c’est un village en fait, et que tu peux réellement rencontrer les gens.

Dimanche, direction Triund à 2875m d’altitude. Deux à trois heures de marche, ça n’a l’air de rien. Durant la montée, j’ai vu des femmes en claquettes, et même en talons! La montagne est belle, les mules côtoient les marcheurs pour ravitailler le sommet et les différents « cafés » d’étape. Il fait beau, pas trop chaud. Et moi, j’en chie! Parce que tout le chemin est fait de rochers qui te cassent les jambes, qu’ils sont lisses et glissants à force de voir passer du monde, que je n’ai pas des chaussures adaptées et que ma condition physique n’est pas au top. J’ai beaucoup de mal à respirer, mes jambes ne me portent plus tellement j’ai mal et je n’ai jamais autant eu envie d’abandonner. Mais notre guide est là, il ne parle pas mais m’attend, tel le boulet que je suis, et ça me motive. Alors arrivée au sommet…le Bonheur! Le spectacle de la montagne est magnifique et je peux le dire, j’ai rarement été aussi fière de moi qu’à ce moment-là. Après les Pyrénées, l’Atlas, les Balkans je peux le dire: j’ai vaincu l’Himalaya!
Le lendemain, il était déjà temps de repartir. Pendant que Tilda est partie faire du parapente. J’ai profité. De prendre le temps, discuter avec les gens autour d’un verre de chai, admirer le paysage…Il a été très difficile de repartir vers Delhi. Et vous savez quoi? Jamais deux sans trois, je songe sérieusement à y retourner avant le retour en France….

image

C’est écrit, 2875 m!

image

image

image

Pour te prouver que j’y étais bien!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s