Y a des étoiles dans les regards

Déjà 1 mois que je suis en Inde. Et déjà deux semaines de passées à Faridabad. Comment exprimer au mieux ce que je vis ici? Si l’année dernière fut intense, aujourd’hui l’est encore plus.

C’est avec un Bonheur non dissimulé que j’ai très rapidement repris mes repères. Ici, tout a changé et est en même temps tellement semblable à ce que j’ai connu.

J’ai retrouvé Rita et quelques enfants de la Izabella School. Souviens-toi, il s’agit de l’école pour enfants porteurs de déficiences. Désormais, ils accueillent en plus quelques enfants du bidonville voisin. Il est clair que pour ceux qui ont des difficultés de concentration en classe, ça ne les aide pas à rester axés sur un travail qui ne les passionne pas outre-mesure. Je me suis rendue compte que malgré les moments difficiles, même eux m’ont manqué, et (au fond) je suis trop contente de retrouver leurs bouilles et leurs conneries.

collage_fotor_fotor

L’orphelinat, qu’en dire? Ces sont mes p’tits loups, mes bouts de soleil. Ils  ont immédiatement réinvesti la relation, comme si tous ces mois de séparation n’avaient pas existés. Ils sont mêmes beaucoup plus proches de moi, beaucoup plus demandeurs d’une présence. Leurs sourires, leurs rires, leurs regards  et leur tendresse trahissent toute la Joie qu’ils peuvent avoir en eux. Avec Tiphaine et Charlotte, deux autres bénévoles présentes pendant plusieurs mois (et Bretonnes également^^), nous passons beaucoup de temps sur le quotidien avec eux, et sommes devenus des personnes adultes-référentes à leurs yeux.

Tous les matins, réveil à 6h pour accompagner Kunal et Aakash au bus pour l’école. Ensuite, retour pour prendre le petit-déjeuner avec les autres. A leur demande, nous les accompagnons également à l’école qui est toute proche. L’après-midi, devoirs et révisions des exams* avant de se détendre un peu. La semaine dernière, Amma n’était pas là, nous avons donc passé beaucoup plus de temps avec eux pour éviter qu’ils fassent n’importe quoi.

*actuellement, ces sont les « exams » de fin d’année scolaire. Pendant près d’un mois, évaluation sur tout ce qui a été vu dans l’année, ce qui détermine le passage en classe supérieure. Autant dire qu’ils sont un poil stressés, et  d’autant plus demandeurs de notre présence…

img_20170221_070322_fotor

Je dois reconnaitre que je craignais qu’ils m’aient oublié, au vu du nombre important de bénévoles qui passent ici. Finalement, notre complicité est encore plus forte que l’année dernière. Est-ce déplacé de parler d’Amour? Certains diraient que oui, qu’il faut rester à distance et ne pas trop s’attacher. Dans ce cas, dites-moi, qu’elle est la bonne distance? On la calcule comment? En mètre, centimètres…? (merci D.DEPENNE). Je n’y crois pas. On est avec l’Humain, ce sont le coeur et les tripes qui travaillent. Il s’agit d’enfants ne vivant plus avec leur famille, demandant sans cesse aux nouveaux quand est-ce qu’ils partent. C’est une chance de rester sur le long terme et de pouvoir créer une réelle relation avec eux. En le faisant sur un temps court, on ferait plus de mal que de bien (et ça me rassure de voir que je ne suis pas la seule à penser ainsi). Alors oui, je peux parler d’Amour les concernant. Mais un Amour qui construit et fortifie, pas destructeur, bien au contraire. Je savoure chaque instant passé avec eux, les gravant au plus profond de moi.

img_20170224_171513_fotor

img_1550_fotor

Les écrans, une addiction universelle…

A deux reprises, je suis allée à la Slum School l’après-midi. Des jeunes filles d’environ 15 ans s’y retrouvent pour améliorer leur anglais de façon plus ludique qu’à l’école: conversations, jeux…C’est réellement chouette de passer ces moments entre filles! Et comme souvent en Inde, tout se termine en musique et en danses. D’ailleurs, je suis en train de donner une seconde jeunesse au Logobitombo ici^^.

received_10155069955274868_fotor

Nous avons également pu nous rendre à la Nehru Academy. Il s’agit d’une école où peuvent se rendre certains élèves de la Slum School afin de réintégrer un cursus normal. Elle est accessible aux plus méritants, c’est-à-dire ceux qui sont réguliers à la Slum et ne viennent pas uniquement pour avoir un uniforme et ne plus jamais y remettre les pieds. C’est la première fois qu’on mettait les pieds dans une véritable école en Inde. Les différences avec la France? Rien et tout à la fois 🙂

Ce weekend, on a assisté à un mariage. Un de plus^^ La différence? On était avec les p’tits loups! Et ils ont insisté sur le fait que l’on devait mettre un saree, donc j’en ai acheté un. Et j’étais tellement contente que Amma accepte de me le mettre! J’étais trop fière de sortir avec eux, tout beaux qu’ils étaient. Et je crois que la réciproque était vraie. Je garderai toujours en mémoire le regard plein d’admiration de Kunal et sa petite voix disant « You are beautiful Anna…« . Oooh, mais je fonds moi devant tant de tendresse…Malgré quelques péripéties, on a pu passer une bonne soirée ensemble et se créer de nouveaux souvenirs communs.

img_20170304_224752_fotor

Toujours dans la simplicité

collage_fotor_fotor

(désolée pour la qualité des photos, avec la wifi pourrie que l’on a, je n’ai pas eu le choix que de la baisser à fond et c’est moche. Je changerai ça dès que possible!)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s